La ferronnerie, un métier d’art 

Pour faire simple, la ferronnerie est l’art qui consiste à travailler le fer à la forge, à l’étampe ou au marteau. On fait la distinction entre la ferronnerie du bâtiment qui produit des objets architecturaux en fer forgé, la ferronnerie domestique qui regroupe les ustensiles culinaires, et la ferronnerie du travail, lié à la production artisanale et agricole.

 

L’histoire de la ferronnerie d’art

Les Grecs, les Romains et les Égyptiens étaient les premiers à employer le fer pour fabriquer des outils et des armes.

Grâce à la richesse des mines de fer du Nord de l’Espagne, le métier de la ferronnerie atteint son apogée au 16ème siècle.

Dès le début du 17ème siècle, la France trouve son style. D’ailleurs, le château de Versailles est l’exemple le plus connu. À l’hexagone, l’âge d’or est le 18ème siècle. Toutefois, le développement industriel a fait naître des techniques qui substituent les moulages et la fonte du fer. Au 20ème siècle, le fer connaît un renouveau spectaculaire.

L’artisan a deux options de travailler le fer : à chaud et à froid. En optant pour l’option « à froid », on limite les possibilités créatives. Quant à l’option « à chaud », plusieurs possibilités s’offrent au ferronnier d’art.

En ce qui concerne le matériel utilisé, l’artisan a besoin d’une scie à métaux, des marteaux, une masse métallique, une enclume, des burins, des cisailles à tôles, un mètre à métal, une règle graduée en acier, un compas à pointe sèche, etc.

 

Les différentes techniques de la ferronnerie d’art

Généralement, le ferronnier travaille l’acier à chaud ou à froid, mais il peut aussi travailler le fer qui était autrefois plus utilisé dans les ouvrages ferronnerie.

La forge ou l’artisan chauffe le barreau métallique jusqu’à ce qu’il devienne rouge. Pour assembler les différents éléments, le ferronnier utilise le poste à souder qui est un outil indispensable.

Les pièces que le ferronnier produit requièrent des techniques de travail propres et des matériels spécifiques.

Pour devenir ferronnier d’art, deux choix s’offrent à vous : suivre une formation continue dans le cadre de contrats de professionnalisation auprès de l’AFPA, soit en apprentissage. De plus, il existe deux CAP : serrurier métallier ou métallier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *