Le vitrailliste, un artisan d’art

Le vitrail fait partie de la famille des métiers du verrier. C’est un métier d’art qui consiste à mettre en œuvre le verre pour réaliser un vitrail. C’est un artisan qui crée des objets originaux, ou restaure les vitraux édifices religieux.

L’histoire du vitrail d’art

Les Romains étaient les premiers à utiliser le verre blanc pour fermer les claustras et des ouvertures des maisons. En revanche, les plus anciens vitraux datent de 1000. On les trouve dans la cathédrale d’Augsbourg en Allemagne.

Avec la construction des églises en Europe vers le XIIe siècle, le vitrail commence à se développer.

Le XIVe siècle est marqué par la découverte du « jaune d’argent » qui permet aux artisans de colorer un verre sans avoir besoin d’utiliser la « mise en plomb ». Au siècle de la Renaissance, le décor et le goût italiens deviennent très prisés.

Au XIXe siècle, le « vitrail décoratif » refait surface. Par conséquent, de véritables entreprises apparaissent. En revanche, c’est avec le mouvement « Art nouveau » pour que le vitrail redevienne un art vivant.

Pour faire son travail, le vitrailliste aura besoin d’un couteau pour démonter ou remonter le vitrail, un diamant pour la découpe, un coupe-verre, une pince à gruger, les ciseaux à trois lames, le petit-blanc, les pointes-clous… et un ouvre-plomb.

Les techniques utilisées par un vitrailliste

Grâce aux avancées technologiques, les techniques de fabrication du verre se sont diversifiées. Toutefois, la réalisation d’un vitrail s’appuie toujours sur les méthodes de fabrication traditionnelles.

Pour la création d’une maquette, l’artisan indique le tracé des plombs et fait fonction de référence tout au long de la réalisation du vitrail. Pour la coupe du verre, le vitrailliste utilise un coupe-verre. Ensuite, il détache la pièce à la pince.

En ce qui concerne la peinture sur verre, l’artisan peut décorer le verre en optant pour l’une des techniques suivantes : la grisaille, les émaux et le jaune d’argent.

La technique du sertissage

À ce stade, l’artisan procède à la « mise en plomb ». Il doit respecter le chemin de plomb prévu lors du calibrage.

La technique du masticage

L’artisan utilise le mastic pour consolider et étancher les soudures.

La technique d’enrobage au film de cuivre et soudure

Une fois la pièce de verre meulée et bien nettoyée, il est serti d’un ruban de cuivre autocollant.

En France, la demande des vitraillistes pour les pièces de décoration d’intérieur augmente. De plus, la restauration des églises nécessite beaucoup de main-d’œuvre. Pour devenir vitrailliste, vous pouvez passer un CAP arts et techniques du verre, option vitrailliste. Toutefois, il est possible de poursuivre la formation pour obtenir un Brevet des Métiers d’Art (BMA) verrier décorateur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *