L’excellence de la coutellerie artisanale

 

Pour faire simple, la coutellerie est l’art de fabriquer un couteau à la main, de la lame jusqu’au manche. L’artisan coutelier est un spécialiste qui fabrique des instruments tranchants (armes, rasoirs, couteaux, etc.), forge un bloc et affine la matière pour ajuster dureté et flexibilité. Aujourd’hui, la fabrication de couteau s’est modernisée, mais l’excellence est toujours liée à la coutellerie artisanale.

Le métier de la coutellerie

Pour comprendre ce métier, il est important de faire la distinction entre la coutellerie de table, la coutellerie professionnelle et la coutellerie fermante.

Le coutelier est un spécialiste capable de fabriquer un large choix de couteaux pour un ensemble d’activité : pêche, cuisine, chasse, arts de la table… mais aussi des couteaux pliants ou de poche.

Aujourd’hui, le secteur connaît à regain d’activité, et ce, grâce au développement de la coutellerie haut de gamme.

 

Les principaux aciers utilisés en coutellerie

Traditionnellement, les artisans utilisaient de l’acier au carbone. La forte concentration de carbone améliore le pouvoir de coupe et facilite son affilage. Toutefois, les couteaux exigent un entretien rigoureux et régulier.

Aujourd’hui, la plupart des couteliers utilisent de l’acier inoxydable pour fabriquer une multitude de modèles de couteaux. C’est un acier qui allie le pouvoir de coupe et la résistance à la corrosion du couteau. En revanche, le couteau nécessite un soin régulier.

Nombreux sont les artisans qui utilisent de l’acier Damas pour créer un ustensile peu cassant et résistant à la fracture.

 

Les techniques de coutellerie (et du métal)

Pour produire des couteaux originaux, le coutelier utilise plusieurs techniques.

 

Le façonnage de la lame

Après l’avoir chauffé, l’acier doit être martelé et étiré pour avoir la forme souhaitée, en utilisant des marteaux-pilons. Par la suite, la lame est découpée à l’aide des découpoirs mécaniques ou lasers. Enfin, l’artisan amincit la partie tranchante du couteau.

 

La préparation du manche

Si la manche doit être rivetée, l’artisan procède au perçage de la soie, qui est la partie prolongeant la lame et qui permet de fixer la manche.

 

Le traitement thermique

Le traitement thermique a pour but d’augmenter la dureté et la résistance de l’acier. Souvent, cette étape est réalisée par des sociétés spécialisées, car elle nécessite des infrastructures adaptées.

 

Le revenu

Au niveau de cette étape, la lame est réchauffée puis refroidie naturellement pour qu’il prenne un aspect rouillé et brut.

 

Le polissage

Le polissage permet d’avoir une finition brillante, satinée et sablée. C’est une étape qui nécessite un savoir-faire incontestable.

 

Thiers, la capitale de la coutellerie

Thiers, en Auvergne, est considérée comme la capitale de la coutellerie. Avec le nombre important de magasins de coutellerie et les nombreuses usines, on la nomme la cité coutelière.

La ville contient également des musées consacrés au sujet de la coutellerie artisanale, à savoir ; le musée de la coutellerie, Usine du May, la cité des couteliers, la vallée des usines… et bien d’autres. Par ailleurs, Thiers abrite aussi un festival de renommé mondiale dédié à ce métier : Coutellia.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *